737 VS A320, les sept différences – Part 2

737 VS A320, les sept différences – Part 2

15 avril 2020 2 Par Lucas Charoff

Pour la deuxième partie de cette série 737 vs A320, nous décryptons dans cet article, les signes distinctifs qui démarquent esthétiquement les deux best-sellers de Boeing et d’Airbus.
Les histoires des deux industriels étant relativement différentes (à retrouver dans la Partie 1 de cette série) les techniques d’assemblage et de design ont fait évoluer l’aspect global de deux appareils. Petit tour d’horizon.

Le jeu des sept différences

Si pour vous, l’avion est un moyen de transport comme un autre, à la différence qu’il est équipé de deux ailes et de réacteurs, alors vous aurez un peu de mal à faire distinguer un A320 et d’un 737. En suivant ce mini tuto, vous pourrez reconnaître au premier coup d’œil dans quel type d’avion vous embarquerez lors de votre prochain vol pour Barcelone ou pour Rome.

Ces deux avions ont une capacité passagers comprise entre 140 et 240 places, selon les modèles et les aménagements cabine des compagnies aériennes les exploitants.
D’une taille quasiment similaire (environ 38 m de long, 35,8 m d’envergure et 12 m de haut) et équipés de deux réacteurs montés sous les ailes, les deux avions ne se reconnaissent pas forcément du premier regard.

Mais certains détails viendront vous renseigner directement quant au modèle qui se trouvera sous vos yeux et permettront de les identifier directement.

Premier indice, la forme du nez

Chez Boeing, le nez de l’appareil a des formes triangulaires lorsqu’on se place sur le côté de l’appareil et est légèrement relevé, tandis que son homologue européen aura un nez plus arrondi et droit.
Ces formes aérodynamiques sont dues aux dessins respectifs des deux avions et à leur conception originelle.
Les nez (ou cônes) abritent les radars et l’électronique embarquée des aéronefs et sont conçus afin de résister aux plus grosses contraintes, y compris la grêle ou les chocs contre des volatiles.

Deuxièmement, les vitres du cockpit

Si vous souhaitez différencier d’un coup d’œil les deux constructeurs, il vous suffit de regarder la vitre latérale du cockpit.

En effet, sur un 737, vous pourrez noter que le bas de la vitre latérale du cockpit remonte du bas vers le haut et que la partie supérieure de la vitre reste à plat.
Sur un A320, la vitre latérale est carrée avec le coin supérieur légèrement rabattu. Cette caractéristique se retrouve plus généralement chez tous les appareils des deux constructeurs (sauf A350 et 787 de dernière génération). Vous pourrez donc reconnaître un avion conçu par Airbus ou Boeing simplement en regardant leurs vitres avant.

Troisièmement : les nacelles des moteurs

Si vous observez les moteurs des deux avions, vous constaterez que ceux du Boeing présentent une caractéristique qu’on ne retrouve pas sur l’A320 : une forme aplatie de ses nacelles sur la partie inférieure des réacteurs. Cette particularité s’explique par la conception originelle de l’appareil.

Depuis 1967, Boeing se base sur la même structure et le même fuselage de son best-seller originel, pour le faire évoluer à travers l’ensemble des générations du 737. Le diamètre des moteurs ayant augmenté au fur et à mesure des nouvelles versions, le constructeur a décidé d’aplatir le bas des portants de façon à ce qu’ils ne touchent pas le sol. Cette technique a permis à l’avion de garder le même profil tout en s’adaptant aux évolutions générationnelles.

A l’inverse, le dessin de l’A320 datant de 1987 et étant à l’époque un avion de nouvelle génération, cette contrainte ne s’est pas appliquée et les nacelles ont eu dès le début une forme parfaitement circulaire.

Quatrièmement : les ailes

Si vous observez les bouts d’ailes des deux avions, vous constaterez qu’ils s’y trouvent des ailettes verticales ayant pour but de diminuer la trainée des appareils et ainsi d’en réduire la consommation.

D’une dénomination différente selon les 2 constructeurs, Winglets chez Boeing et Sharklets chez Airbus, la forme même de ces ailettes varie selon les appareils.

Sur le 737, ils ont une forme verticale en continuité avec la forme de l’aile, leur donnant un aspect d’aileron de requin.

Chez Airbus, les Sharklets ont une forme triangulaire et, contrairement à son rival américain, sont placés en leurs milieux sur l’extrémité de la voilure.
Depuis l’introduction de l’A320 NEO sur le marché, les Sharklets ont évolué et reprennent aujourd’hui la même forme que chez Boeing.

Cette technologie, introduite en 2002 sur le 737 et 1987 sur l’A320, ont permis aux avions de réduire leur trainée et aux compagnies aériennes de réduire leur consommation moyenne de carburant de 3%. Cette technologie s’est généralisée à l’ensemble des avions de nouvelles générations, y compris les avions brésiliens de chez Embraer et de Bombardier au Canada.

Différents, mais pas tant…

En résumé, même si ces deux avions ont une histoire et un design relativement différent, ils présentent comme similitude d’être des best-sellers chez les deux constructeurs en raison de leurs coûts d’exploitation réduits et de leur fiabilité.

La plupart des compagnies comptant au moins un de ses avions dans leur flotte, nous verrons dans le prochain article, ce qui les poussent à faire le choix d’un appareil ou d’un autre.