Comment devenir courtier ?

Comment devenir courtier ?

9 juin 2020 0 Par Damien Gaignard

Vous êtes passionné par l’aéronautique, vous avez un bon relationnel et vous aimez être mis au défi pour organiser des vols personnalisés en jet privé ? Le métier de courtier ou broker peut vous correspondre. Nous allons vous expliquer le rôle du courtier et comment le devenir.

Qu’est-ce qu’un courtier ? 

Lors de transactions immobilières ou d’achat d’assurances, vous avez certainement dû contacter un intermédiaire : le courtier. Celui-ci est un entremetteur indispensable lors de négociations onéreuses et déterminantes.

Le broker joue un rôle d’intermédiaire entre les différents acteurs du marché aéronautique. Son but est de répondre à toutes les demandes spécifiques des clients. Il coordonne les actions des aéroports, des compagnies aériennes et des terminaux privés afin de proposer un vol sur-mesure.

D’où viennent les courtiers de l’aviation d’affaires ?

Venu des États-Unis, le courtage de jets privés s’est implanté en France dans les années 90. Les courtiers proposaient une alternative à l’achat d’un jet privé et permettaient de répondre à plusieurs besoins :

·  Apporter une solution de location rapide et rentable

·  Répondre aux demandes personnalisées des grands groupes qui se séparaient de leurs avions trop onéreux

·  Proposer des vols sur-mesure, beaucoup plus flexibles que des vols commerciaux

Aujourd’hui, investisseurs et entrepreneurs se sont lancés dans cette aventure : plus d’une dizaine de courtiers sont en activité en France.  La concurrence est féroce et très peu de place est laissée aux nouveaux arrivants sur le marché.

Pourquoi faut-il passer par un broker pour réserver un jet privé ?

L’aviation d’affaires rassemble de nombreux acteurs, tous interdépendants. Pour réserver un vol en jet privé, vous pouvez vous tourner vers la compagnie aérienne, les terminaux privés, les aéroports ou les courtiers.

Le courtier est l’intermédiaire parfait entre tous les acteurs de l’aviation d’affaires. Il organise le vol de A à Z avec les compagnies aériennes, les terminaux privés et les clients.  C’est un facilitateur qui trouve des solutions afin de répondre aux demandes les plus spécifiques des clients.

Les courtiers ont accès à une technologie propre leur permettant d’identifier tous les avions disponibles en temps réel dans le monde entier. Ils recoupent ainsi plus de 7 000 appareils des 1 200 compagnies aériennes. Cela permet de proposer l’avion le mieux positionné et de répondre parfaitement aux exigences des clients.

Après plusieurs échanges avec les passagers, le courtier confirme le vol auprès du client et des opérateurs aériens. Ceux-ci prennent le relais et envoient les plans de vol au terminaux privés chargés de préparer le vol. Le courtier vérifie l’organisation avant et pendant du vol pour proposer une assistance au sol. Un partenariat avec les services de conciergeries permet également au courtier de proposer de nombreux services annexes : hôtels, restaurants, yachts etc.

François Xavier Clerc, CEO de Aeroaffaires, entreprise de courtage en jets privés, nous explique : « En tant que courtier, nous vous permettons d’accéder à des milliers d’avions et d’aéroports par l’intermédiaire d’un interlocuteur unique. Nous vous accompagnons dans votre réservation avec un suivi opérationnel avant, pendant et après votre vol. »

 

Les avantages de passer par un courtier

Turbopropulseurs, avions long-courriers ou jets privés légers, le courtier est en mesure de répondre à toutes les demandes des clients. Contrairement à une compagnie aérienne disposant de 2 ou 3 avions, le courtier aérien a accès en temps réel à tous les jets privés de l’ensemble des 1200 compagnies aériennes dans le monde. Le courtier dispose donc de multiples possibilités pour trouver l’appareil répondant parfaitement aux exigences du client.

·  Flexibilité : Avec plus de 7 500 appareils disponibles, le courtier peut couvrir l’ensemble des besoins du client : un turbopropulseur s’il s’agit d’une piste courte (Altiport de Courchevel), un jet privé ultra léger s’il n’y a que 2 personnes, un jet privé de taille intermédiaire si votre trajet fait plus de 4 000 km et un avion régional pour un groupe de 25 personnes. De plus, en cas d’imprévu, le courtier peut répondre efficacement aux modifications du plan de vol : changement d’horaire ou d’aéroport.

·  Efficacité : Le courtier répond aux demandes dans un délai extrêmement court. En deux heures, l’avion peut être affrété prêt à décoller.

·  Sur-mesure : Les missions aériennes ne répondent jamais aux mêmes exigences (nombre de passagers qui varient, vols en montagne, pistes courtes, vols de groupe, fret aérien, transport spécifique de bagages, etc.). Le courtier s’adapte aux situations et organise un vol exclusif, toutes les demandes des clients sont réalisables.

·  Sécurité : Les courtiers vérifient les certificats des compagnies aériennes. Tous les appareils proposés sont certifiés “transport public” et garantissent une parfaite sécurité au sol comme en vol.

·  Juste prix : Le courtier compare tous les avions disponibles des 1 200 compagnies aériennes. Il est en mesure de proposer le devis au prix le plus juste tout en répondant aux besoins du passager.

·  Fiabilité : Le broker est l’interlocuteur unique du client. Grâce à son large réseau et sa bonne connaissance du milieu aérien, le courtier organise tout de A à Z.

Quels sont les règlementations liées au métier de broker ?

Le courtier est responsable en cas d’incidents. Il contrôle le certificat de transporteur aérien de la compagnie aérienne et s’assure que les normes de maintenance et les certifications pilotes sont à jour.

Toutefois, le métier de courtier n’est, pour le moment, pas encore réglementé. Les entreprises se soumettent elles-mêmes à un audit d’activité afin d’évaluer la culture d’entreprise et la stabilité financière. De plus, les courtiers sont membres d’associations professionnelles : l’association européenne de l’aviation d’affaires (EBAA) et la National Business Aviation Association (NBAA). Grâce à ces associations, des partenariats se développent et des débats aboutissent à la résolution des problématiques propres à l’aviation d’affaires. Conscient des enjeux actuels, les courtiers s’investissent pour améliorer l’expérience des passagers tout en menant des actions pour la sauvegarde de la planète. Depuis l’été 2019, les brokers ont mis en place, chacun à leur manière, un système de compensation des émissions de CO2. Par exemple, notre partenaire Aeroaffaires a développé le PUR Projet. Monsieur Clerc, à l’initiative de ce projet breveté nous explique : « Quand vous réservez un vol chez AEROAFFAIRES, 100 % des émissions de CO2 générées par le vol sont compensées, via un projet de reforestation certifié ».

Comment devenir courtier ?

Il n’existe pas de voie type pour devenir courtier dans l’aéronautique. Toutefois, certaines filières peuvent faciliter l’accès à ce métier. Choisissez ainsi une école proposant un programme spécialisé en aéronautique comme le master Aerospace Management dispensé à Toulouse Business School.

En rejoignant une entreprise de courtage, votre travail s’apparentera à un poste de commercial spécialisé dans l’organisation de voyages sur mesure. Une expérience de business développer et une très bonne connaissance du marché aéronautique sont recommandées.

Les qualités appréciées sont multiples : flexible, adaptable, proactif, rigoureux, attentif aux moindres détails. Le courtier n’a pas le droit à l’erreur, il doit savoir répondre efficacement à toutes les demandes et conserver une relation de confiance avec ces clients.

Pour plus de précisions sur l’aviation d’affaires, nous vous conseillons de lire notre article consacré au fonctionnement de l’aviation d’affaires ou visiter le site de notre partenaire : Aeroaffaires.

AUTEUR : Corentin PICAUD