Comment devenir météorologue ?

Comment devenir météorologue ?

21 juillet 2020 0 Par Lucas Charoff

Prédire l’avenir ! C’est en quelque sorte le quotidien d’un météorologue. 

Evoluant au sein d’une agence météorologique, il est en charge d’étudier et d’analyser les phénomènes atmosphériques pour prédire le plus justement possible la météo des jours suivants.

Passionné de phénomènes météorologiques ou envie d’en savoir plus sur ce métier ? Nous vous disons tout sur les voies et formations à suivre pour devenir météorologue dans l’article ci-dessous !

Les missions d’un météorologue

En France, la plupart des météorologues évoluent au sein de l’agence Météo France qui regroupe environ 3 000 salariés étudiants la météorologie (études scientifiques des phénomènes atmosphériques comme les nuages, les précipitations…) et la climatologie (observations scientifiques des successions de phénomènes climatiques sur de longues périodes). Il existe également d’autres structures faisant appel à ces compétences comme Météo Consult par exemple, l’Agence de transition Écologique (ADEME) ou le CNRS.

L’agence est composée de multiples corps de métier y compris des techniciens en charge de la maintenance des antennes et autres équipements de mesures, ou des ingénieurs, communément appelés “météorologues”, spécialisés dans divers domaines comme la prévision, l’observation ou la climatologie. 

Les météorologues étudient l’ensemble des phénomènes climatiques comme les précipitations, les vents, la pression atmosphérique ou les courants marins pour établir des modèles de prédictions sur une période allant d’une heure à 10 jours.

Une fois évaluées, les prévisions sont publiées sur le site de Météo France et diffusées au grand public par le biais de chaînes de télé ou de journaux collaborant avec l’agence. 

Mais son rôle ne se cantonne pas à indiquer la température qu’il fera la semaine prochaine dans votre ville. Selon son domaine d’expertise, il travaille en effet avec les contrôles aériens ou maritimes locaux et permet aux autorités locales d’anticiper d’éventuelles catastrophes naturelles (inondations, ouragans, feux de forêts…). Travaillant notamment sur les phénomènes historiques passés, il est en mesure de prédire des changements climatiques majeurs à moyen et long terme et d’établir des modèles utilisés par des agences gouvernementales.

Les voies et formations à suivre

La formation la plus évidente à suivre pour tout passionné de météorologie est l’Ecole Nationale de Météorologie (ENM). Rattachée à l’Institut National Polytechnique de Toulouse, l’école assure la formation des fonctionnaires qui rejoindront les rangs de Météo France ou des différents corps armés français (Armée de l’Air, Marine, ALAT).

Quelle que soit la branche suivie par les candidats, l’obtention du Bac Scientifique est essentielle pour intégrer l’ENM.

Pris sur concours, les candidats suivent une formation allant de deux à trois ans :

  • Les techniciens accèdent à des formations de deux ans, spécialisées en “Installation et instruments” (TSI), “Exploitation” (TSE) ou “Métiers de la météorologie” (TMM) après avoir passé les concours d’entrée
  • Les ingénieurs de travaux qui accèdent à une formation de trois ans après avoir obtenu une licence de physique (au sein d’une université) et d’avoir un master SOAC (Science de l’Océan, de l’Atmosphère et du Climat). A l’issue de ce M1, l’accès à l’ENM est conditionné à un concours externe.

L’accès à cette formation peut également se faire directement par concours, après avoir suivie une prépa option MP, PC ou PSI à l’INP (http://www.la-prepa-des-inp.fr/les-ecoles/l-enm-ecole-nationale-de-meteorologie)

  • Les ingénieurs de météorologie accèdent à une formation de trois ans après avoir obtenu leur diplôme aux Instituts Polytechniques ou Normal Sup

À noter: un technicien de formation est libre de passer les concours d’admission pour devenir ingénieur de travaux.

N’oubliez pas que ces concours de sélections sont très exigeants et que seule une poignée de candidats est sélectionnée pour poursuivre la formation. Votre passion et persévérance seront donc la clé pour atteindre votre objectif et rejoindre les rangs des météorologues français.

Niveau salaire

Pour les techniciens, le revenu mensuel s’établit de 1 400€ net/mois à 2 600€ net/mois selon l’ancienneté.

Un ingénieur météorologiste sera rémunéré à hauteur de 1 800€ à 3 700€ net/mois selon l’ancienneté.