Comment devenir pilote de bombardier d’eau ?

Comment devenir pilote de bombardier d’eau ?

25 mars 2020 1 Par Lucas Charoff

Si vous habitez dans le sud de la France ou que vous y avez déjà passez vos vacances d’été, il y a de fortes chances que vous ayez vu voler un bombardier d’eau, plus couramment appelé Canadair.

Ces avions ont pour mission de combattre des feux de forêt. Ils sont donc conçus de façon spécifique afin d’amerrir, remplir leurs réservoirs d’eau puis de redécoller en direction des incendies.

Pour celles et ceux qui se sont vus comme comptant parmi ces pompiers du ciel, nous vous proposons ci-dessous plusieurs voies à suivre pour devenir pilote de bombardier d’eau.

Le contexte

Avant toute chose, il faut bien préciser dans quel cadre un pilote de Canadair évolue et en quoi consiste ses missions.

En France, les pilotes travaillent pour le compte de la Sécurité Civile qui emploie plus de 250 000 sapeurs-pompiers et autres renforts qui assurent des missions de protection de la population civile en cas de catastrophe.
Elle a également un rôle préventif et d’éducation pour aider les civils à adopter les bons gestes liés à leur sécurité.

Cet organisme permet de répondre aux catastrophes naturelles qui mettent en péril la population. Parmi elles, les feux de forêts qui touchent régulièrement le sud de la France suite à des périodes de sécheresse exceptionelles ou des comportements accidentels/criminels.
Pour faire face à ces incendies, la Sécurité Civile compte 26 avions (11 Canadair, 10 Trackers et 5 Dash) pilotés par des pilotes expérimentés.

Les missions

Les équipages des Dash et des Canadair sont constitués de deux personnes, tandis que les Trackers, eux, sont des monoplaces.
Néanmoins, quel que soit l’appareil opéré, les pilotes suivent un entraînement régulier et doivent faire preuve de nombreuses qualités comme la dextérité, la minutie ou encore l’adaptation.

En effet, les terrains opérés sont variés et chaque feu étant différent, les pilotes se doivent d’adapter leurs plans de vol en prenant en compte les capacités de leur appareil, les vents et l’étendue des feux qu’ils combattent.
Ainsi, ils devront trouver la meilleure solution, en coordination avec les équipes au sol et autres équipages pour accomplir leurs missions.

Enfin, contrairement à la plupart des avions civils, les Canadair sont soumis à de fortes contraintes, voire des pertes de contrôle lorsqu’ils traversent des colonnes de fumées.
Les pilotes à leurs commandes doivent donc maîtriser parfaitement leurs appareils et développer des compétences de pilotage entretenues grâce à des entrainements réguliers.

Les voies à suivre pour devenir pilote de Canadair

Selon votre expérience et votre volonté, vous pouvez rejoindre la Sécurité Civile en étant pilote ou copilote.

Dans un cas comme dans l’autre, vous devez:

  • posséder un brevet et une licence validée de pilote professionnel d’avion complétée par les qualifications IFR (CPL IR) et MCC et de l’ATPL théorique
  • détenir au moins le niveau opérationnel (niveau 4) de l’examen d’anglais aéronautique FCL 1.028 

Pour devenir pilote, vous devrez:

  • justifier de douze années d’activité, période de formation incluse, comme pilote professionnel d’avions
  • justifier de l’accomplissement de 2 400 heures de vol dans l’exercice de la profession en tant que commandant de bord avec des activités autres que la ligne ou les liaisons

Pour devenir copilote, vous devrez:

  • justifier de l’accomplissement de 500 heures de vol dans l’exercice de la profession 
  • justifier de deux années d’activité, période de formation incluse, comme pilote professionnel d’avions

Ces critères d’embauche peuvent sembler dissuasifs, mais rassurez-vous,
vous pourrez justifier ces heures de vol en suivant la même voie que pour devenir pilote, c’est-à-dire, en suivant la filière civile (ENAC, écoles privées d’aviation: Airways college, AstonFly, Esma…) ou militaire.

En effet, beaucoup de pilotes bombardiers d’eau ont fait leur classe au sein de l’Armée de l’Air ou de la Marine qui forment des pilotes qualifiés et capables d’évoluer dans des milieux complexes.

Pour en savoir plus

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la vidéo de Nicolas Tenoux qui vous en dit plus sur le sujet :

Et vous, êtes-vous prêt à combattre les feux provinciaux ? 🙂