Comment devenir pompier aéroport ?

Comment devenir pompier aéroport ?

29 mai 2020 0 Par Lucas Charoff

Vous les avez sans doute déjà vu au loin sur les pistes ou dans les couloirs de votre aéroport avant de vous envoler en vacances ou pour un voyage d’affaire. A l’instar de leurs confrères qui travaillent en ville ou sur les routes, les pompiers aéroportuaires préviennent les risques et interviennent en cas d’incidents sur un aéronef et dans l’enceinte de l’aérogare. Si vous rêvez de sauver des vies à leurs côtés, voici quelques conseils et voies à emprunter pour rejoindre leurs rangs.

Les missions confiées aux pompiers aéroportuaires

Les pompiers qui travaillent aux abords des pistes sont mobilisés sur différents théâtres d’opérations. Leur rôle est d’abord d’assurer des conditions de sûreté maximales sur les pistes de l’aéroport et dans les aérogares. Ainsi, ils veillent aux passagers circulants d’un terminal à un autre, et interviennent en tant que secouristes auprès des voyageurs en cas de problème.

Néanmoins, leur rôle est surtout remarqué dans les cas d’incendies ou d’explosions qui surviennent dans l’enceinte de l’aérogare, aux abords ou directement sur un aéronef. Ce sont les premiers à intervenir et à sécuriser le périmètre autour de l’incendie afin de contenir tout risque de propagation.

Equipés de matériels spécialement conçus pour éteindre ces incendies, ils ont pour mission d’intervenir en moins de trois minutes sur les lieux de l’incident et ce, quel que soit la zone de l’aéroport touchée.

Travaillant main dans la main avec les contrôleurs aériens, ils assurent un rôle de prévention sur un appareil en difficulté en contrôlant l’aspect exterieur de l’appareil et en accompagnant son évacuation en cas de besoin.

Formation

Rejoindre les rangs des pompiers aéroportuaires ne peut pas se faire du jour au lendemain. Outre le fait de justifier une expérience d’au moins 5 années au sein des sapeurs-pompiers volontaires, les candidats doivent être titulaires, à minima, d’un CAP ou BEP et maintenir une forme physique d’exigence.

Si vous n’êtes pas (encore) pompier volontaire, sachez qu’il est possible de vous engager à partir de l’âge de 11 ans et de devenir professionnel après avoir validé un CAP et avoir entre 18 et 25 ans. Des critères basiques sont également à prendre en compte: mesurer au moins 1,60m, avoir validé sa JDC (Journée Défense et Citoyenneté), avoir un casier judiciaire vierge et être en bonne condition physique. Des épreuves internes seront à passer et à valider devant un jury (mathématiques, dictée, natation, endurance et entretien de motivation).

Après avoir validé les sélections, les pompiers sont alors formés en interne, à intervenir sur des avions de différentes tailles, dans des infrastructures dédiées à ce type d’exercice. Les véhicules utilisés en cas de sinistre étant uniques et complexes, les candidats sont également formés à les piloter, d’abord sur simulateur, puis en conditions réelles, là aussi dans des enceintes spécialement dédiées.

Niveau salaire

En moyenne, les pompiers aéroportuaires gagnent 33 940€ brut/an. Le grade et votre expérience étant un critère d’évolution vers une rémunération plus importante.