Marque employeur : les PME aussi en parlent

Marque employeur : les PME aussi en parlent

25 juin 2019 0 Par Damien Gaignard

A l’occasion du Salon du Bourget, Air&Jobs a voulu donner la parole aux PME et ETI. Une table ronde organisée dans l’espace d’Air&Cosmos a rassemblé une douzaine d’entre elles autour d’un thème d’actualité sur cet événement : la marque employeur.

Nous avons des commandes, des produits extraordinaires, maintenant il faut des gens… Mais quand on est petit, on est défavorisé par un nom peu ou pas connu. » Cette réalité partagée avant la table ronde résume tout l’enjeu. C’est un fait : les entreprises ne sont pas égales face à la visibilité. Et dans un contexte de compétition exacerbée, recruter des talents demande des efforts que les plus petites n’ont pas toujours les moyens de consacrer.

Gilles Rosenberger, CEO de Faraday Aerospace, a ouvert les échanges : « En tant que start-up n’ayant pas encore levé, notre difficulté est d’être faiblement financée et d’avoir ainsi une visibilité de recrutement limitée. » Une difficulté qui a fait écho auprès d’autres start-up autour de la table, comme Aireven’Pro ou C3technologies, et ce quelque soit le type de profil recherché.« Nous sommes une entreprise en croissance, mais une de nos problématiques est que nous avons changé de nom il n’y a pas longtemps. Nous avons donc une identité à développer pour pouvoir attirer », a également partagé Marie-Antoinette Ay, responsable du développement RH de Satys.

Toutes les actions mises en place pour attirer les talents, mais aussi pour fidéliser ceux déjà en place, participent à la construction de la marque employeur. Sandrine Course, responsable du recrutement chez ECM, a souligné que le défi d’une PME est en effet aussi de garder ses talents. « D’ailleurs, aujourd’hui, quand un collaborateur est engagé, nous réfléchissons systématiquement à comment nous allons faire pour le garder. »

Même si, comme le souligne Xavier Fisset, directeur administratif et financier d’Osac,« dans un salon comme celui du Bourget, la communication d’une PME est quasi inaudible », les PME et ETI ont des arguments à faire valoir, et cette marque employeur est devenue un axe stratégique du développement. « Chez Protec, nous avons multiplié les efforts pour attirer les talents », a expliqué Mathilde Bisset, DRH de Protec. Ces efforts comprennent une présence régulière sur le terrain, dans les écoles, les forums et salons sur l’emploi… « Aujourd’hui, les recruteurs sont dans une logique “inversée”,c’est l’entreprise qui doit se vendre.Mais je constate qu’en travaillant la marque employeur, on y arrive plus vite ! »

COMMENT SE DÉMARQUER ?

Mais à quoi tient l’attractivité ? Plusieurs aspects ont été évoqués : les carrières, le côté international, l’esprit PME, les valeurs… « Certaines personnes viennent expressément pour les valeurs humaines de notre président », confie Marie-Antoinette Ay. L’important, a souligné Hervé Danton, représentant le cluster Mecanic Vallée, est de parler à l’extérieur de sujets positifs : recrutement, augmentations d’effectifs…

Mais aussi d’avoir une approche humaine : montrer les métiers, révéler ce qu’est réellement l’entreprise.« Les jeunes aiment voir les présentations de métiers avant de connaître l’entreprise »,a souligné une participante. La plateforme de recrutement Air&Jobs l’a bien compris, puisque, parmi les outils proposés aux entreprises pour mettre en valeur leur image, elle encourage notamment les contenus photos et vidéo, qui fonctionnent bien mieux en termes de visibilité. Plusieurs entreprises misent également sur la force du bouche-à-oreille et la cooptation.« Dès que nous avons une offre d’emploi, nous la diffusions auprès de nos réseaux proches », a expliqué Clément Dinel, co-fondateur d’Ascendance.

Pour terminer sur une note encourageante, Cordula Barzantny, professeure à la Toulouse Business School, a posé ce constat : « Depuis une dizaine d’années, je vois que de plus en plus de jeunes sont attirés par les petites structures, y compris comme coentrepreneurs. En tout cas dans notre école, nous voulons leur montrer qu’il n’y a pas qu’Airbus sur le marché. »

Article issu du Compte-Rendu Salon du Bourget dans le N°2646 du magazine Air&Cosmos