Série Métiers #15 : conducteur de presse chez Cefival

Série Métiers #15 : conducteur de presse chez Cefival

Conducteur de presse chez Cefival, Romain Lheureux est désormais chef d’équipe. En attendant de passer chef d’atelier après une formation au management.

Rien ne prédestinait Romain Lheureux à travailler dans l’industrie aéronautique. Prochainement retraité, son père conduit des trains desherbeurs à la SNCF tandis que sa mère travaille dans une banque. Ses parents sont, aujourd’hui, très fiers que leur fils oeuvre pour l’industrie aéronautique et qui plus est sur la presse d’acier la plus moderne et la plus automatisée au monde.

Cet article vous est offert par la rédaction Air&Cosmos.

Avant cela, toutefois, le parcours de ce natif de Creil dans l’Oise n’a pas été totalement linéaire. Il a connu quelques difficultés pour trouver son premier emploi. Pourtant, l’un de ses professeurs lui avait donné une liste d’entreprises travaillant dans le domaine de la forge. Las, beaucoup de réponses furent négatives. « Les entreprises demandaient trois ans d’expérience », se souvient Romain Lheureux. « J’aurais aimé à ce moment là qu’une entreprise me fasse confiance. Il faut impérativement que les sociétés donnent leur chance aux jeunes et c’est à eux, ensuite, de la saisir ».

Il est donc contraint, en attendant, d’occuper un poste d’employé épicerie sucré dans une grande surface durant une période de six mois. La bonne nouvelle vient, cependant, en décembre 2009. C’est à cette date, en effet, que la société Cefival de Persan (Val-d’Oise) le contacte. Spécialisée dans la production de profils spéciaux en acier, majoritairement pour l’aéronautique, cette entreprise lui a, alors, fait passer un entretien qui s’est très bien déroulé.

D’énormes responsabilités

Embauché en CDI à l’issue d’une période d’essai de deux mois, Romain Lheureux a débuté sa carrière comme opérateur de presse à filer. Il a, alors, été intégré dans une équipe comprenant deux opérateurs de presse à filer et un chef d’atelier. C’est ce dernier ainsi que le conducteur de presse avec lequel il a été en binôme durant cinq mois qui lui ont servi de tuteur. Affilié au poste de banc de sortie durant une période de six mois, il a ensuite connu une première évolution de carrière en étant formé à la conduite de la presse. Il est finalement devenu conducteur de presse en 2011. Une énorme responsabilité lui est alors confiée à l’âge 22 ans seulement. L’ensemble de l’équipement incluant le bâtiment abritant la presse avait, en effet, mobilisé un investissement de quelque 12 M€ quelques années auparavant.

C’était là la reconnaissance de la qualité du travail et de l’assiduité dont avait fait preuve Romain Lheureux depuis son arrivée chez Cefival. A son poste de conducteur de presse, Romain Lheureux réceptionne, tout d’abord, l’ordre de fabrication des barres en acier, inox ou titane de différents profils devant être produites. Il rentre ensuite les paramètres de chauffe (1 180 degrés en moyenne !) et de presse. Dès lors que les outillages sont montés intervient le cycle de presse proprement dit, d’une durée moyenne de 3 mn 30. Il vérifie durant cette période de production des barres de 4 à 13 m de longueur, lesquelles sont, ensuite, débitées en petits morceaux pour faire des nacelles, par exemple. Si tout se déroule bien, ce sont en moyenne 80 barres quotidiennes qui sont, ainsi, produites.

« Je suis passé, en outre, chef d’équipe (3 personnes – NDLR) depuis deux ans et demi », explique Romain Lheureux. « Cette fonction m’amène à remplir le TRS qui est un tableau indiquant le temps et la nature des pannes rencontrées durant la journée. Il indique, aussi, le nombre de barres produites. Afin d’acquérir les bases de management d’une équipe et d’en tirer la quintessence, il bénéficie d’une formation en management à la fin de l’année 2016.

La polyvalence est bien le maître mot du travail réalisé par Romain Lheureux. Outre conducteur de presse, il est, en effet, en mesure de tenir les deux autres postes que sont opérateur banc de sortie et opérateur retouche (nettoyage et outillage). Démultipliant décidément ses activités au sein de la société, il a également une fonction de sauveteur secouriste.

Une voie toute tracée

Très apprécié à la fois par ses collègues et par son directeur d’usine, Romain Lheureux a des ambitions : « celle de devenir chef d’atelier par la suite car c’est une évolution naturelle. Moins présent sur la presse, il gère le planning des commandes et le parc matières. C’est donc plus un organisateur. Je ne suis pas fermé à d’autres secteurs, toutefois ». Il a bien conscience de la nécessité d’engranger encore plus d’expérience, avouant qu’il « n’a pas encore fait le tour de la presse à filer. J’ai donc encore plein de choses à apprendre et à découvrir ».
Il se prépare, en attendant, à bénéficier d’une nouvelle formation en management. Il n’en oublie pas, également, de continuer à proposer des innovations comme celle de la brosse Lopin ayant fait économiser du temps.

Bio Express

Age : 28 ans
Formation : BAC STI en 2007, BTS mise en forme de matériaux par forgeage au lycée Marie Curie en 2009.
Entrée chez Cefival : janvier 2010
Centres d’intérêt : sport, cinéma, voyages.