Trois questions à Franck Saul, président d’APPI

Trois questions à Franck Saul, président d’APPI

22 juin 2020 0 Par Lucas Charoff

Avec ses trois sites répartis entre Toulouse, Paris et Marseille, et une croissance de son chiffre d’affaires de plus de 70%, APPI compte parmi les plus importantes sociétés de travail temporaire spécialisées en aéronautique.

Travaillant avec les grands donneurs d’ordres, mais aussi leurs sous-traitants, ses besoins en recrutement se font de plus en plus importants.

1) Prévoyez-vous de procéder à de nouvelles embauches en 2020 ?

Le contexte du coronavirus a entraîné une modification de notre planning d’embauche et nous empêche, par conséquent, d’anticiper une période de reprise précise.
Néanmoins, nous avons mis en place depuis plus d’un an et demi, une stratégie de reclassement et de mobilité interne et externe de nos 350 intérimaires qui travaillent chez nos clients comme Airbus, A.A.A, Satys ou d’autres sous-traitants.
Ces mesures et expertise que nous avons acquise ces derniers mois, nous permettent de répondre à la crise qui touche particulièrement le secteur aéronautique, en ajustant les ressources dont nous disposons auprès de nos clients et d’accompagner ces derniers dans le reclassement de leurs collaborateurs.
Nous établissons quotidiennement un dialogue avec nos collaborateurs pour s’assurer de leur bien-être professionnel et répondre à leurs questions. Nous prenons en compte tous les paramètres et contraintes de chacun pour proposer des solutions adaptées à leurs compétences, expertises et envies. Ainsi, nous nous assurons qu’ils sont en phase avec les solutions que nous leur proposons.

Mais certains industriels continuent d’embaucher et c’est pourquoi nous sommes à la recherche de nouveaux talents et particulièrement des ingénieurs expérimentés en production, électrification ou qualité, mais aussi des opérateurs (peintre, ajusteurs monteurs, mécanicien…).

2) Quels sont les profils types les plus recherchés à APPI ?

Nous travaillons essentiellement avec des profils qui ont acquis une expérience conséquente dans le secteur aéronautique. Cette exigence s’explique par les besoins très spécifiques de nos clients qui s’appliquent dans le cadre de missions ponctuelles qu’ils nous confient. Nous travaillons rarement avec de jeunes diplômés et n’avons pas encore été amené à travailler avec des écoles spécialisées.
Néanmoins, nous sommes en mesure de proposer à nos partenaires des profils juniors qui sont à la recherche de contrat à durée déterminée ou indéterminée.

3) Quels moyens utilisez-vous pour procéder à vos recrutements ?

Nous concentrons l’essentiel de nos ressources aux salons qui rassemblent les professionnels du secteur et les candidats qui sont à la recherche d’opportunités. Ce moyen nous permet à la fois de nous rendre visible et de faire connaître nos activités auprès du plus grand nombre. Nous nous servons également des réseaux sociaux les plus utilisés comme LinkedIn ou l’APEC mais aussi de plateformes de recrutement et de marque employeur comme Air&Jobs.
C’est cet ensemble de moyens qui nous permet de travailler avec les talents les plus spécifiques.